consommer responsable

Pour consommer responsable, il faut s’intéresser aux vêtements qui sont réalisés à partir de matériaux naturels et écologiques.

Les modèles confectionnés avec du coton bio ou de la laine bio, par exemple, pourraient bien faire l’affaire.

Mais il est aussi important de bien se renseigner sur le label de chaque tissu de vêtements pour s’assurer de leur qualité et pour contribuer à la lutte contre la dégradation de l’environnement.

Consommer responsable, le label Oeko-tex

Créé en 1992 en Allemagne et en Autriche, le label Oeko-tex garantit l’absence de produits nocifs du genre plomb et métaux lourds dans le textile.

Il est établi à partir de tests d’échantillons de tissus ou de vêtements par des organismes spécifiques et il vise surtout la protection du consommateur.

Normalement, tous les vêtements certifiés Oeko-tex peuvent être portés en toute sécurité par les consommateurs, même par les personnes aux peaux sensibles et fragiles.

Cependant, il convient de noter qu’Oeko-Tex n’exige pas l’utilisation de matières bio.
D’où il est possible de trouver un vêtement en polyester qui porte ce label.

Le label GOTS

Pour consommer responsable, le label GOTS ou Global Organic Textile Standard garantit la provenance des fibres du textile de l’agriculture biologique.

Il soutient l’utilisation de fibres d’origine naturelle et il porte uniquement sur les tissus.
Pour en bénéficier, il faut privilégier un processus de fabrication de vêtements respectueux de l’environnement.

Il faut justement considérer ses exigences dès la transformation des fibres, pendant le tissage ou le tricotage et lors des choix des produits utilisés.

En fait, ce label ne permet pas l’utilisation d’adjuvants, de colorants et d’apprêts.
Il porte également sur la gestion de l’eau et sur l’emballage de produits finis.

Et il tient compte des critères sociaux basés sur les normes de l’OIT : refus de travail forcé, refus du travail des enfants, etc.

L’écolabel européen

Enfin, le consommer responsable est assurée à l’échelle européenne par l’écolabel européen, qui est inscrit dans la constitution européenne.
Ainsi, tous les fabricants qui œuvrent dans les pays de l’UE peuvent donc y avoir recours pour leurs vêtements et textiles.

Pour l’obtenir, il faut respecter différentes conditions écologiques dont le traitement des eaux usées, la garantie de la qualité et l’application de mesures énergétiques.

L’écolabel européen exige aussi la résistance de la couleur au premier lavage.
Et enfin, il interdit aux fabricants de sabler les jeans.

Du moment que les vêtements prêt-à-porter sont composés de 85% de tissu et plus, ils sont concernés par l’écolabel européen et donc font partie du consommer responsable.

 

Besonews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.